21 février 2007

100 recettes inavouables pour cuisiniers effrontés

Le concours de recettes inavouables s’est achevé hier à minuit et j’avoue être estomaquée par son succès. La cuisine désacralisée a de beaux jours devant elle, et c’est tant mieux. Je vous en rappelle le principe : il fallait proposer « une recette très (très) facile à réaliser, une recette très (très) bon marché, une recette qui met en scène un produit considéré (à tort) peu gastronomique, voire carrément tabou » (Recettes inavouables, Ilan Waiche et Francesca Mantovani, Hachette pratique).
Ma contribution : Tempura de surimi, sauce Yakitori – mayonnaise – sésame.

J’ai beaucoup ri en découvrant vos recettes, des plus simples aux plus déjantées. Un très, très grand merci à tous ceux et celles qui ont participé. Je suis désespérée de n’avoir que deux cadeaux à expédier, mais au moins on aura bien rigolé. Le grand jury rendra son verdict dans quelques jours. En attendant, place aux recettes !

PS : Si j’ai oublié des recettes, ne plantez pas d’aiguilles dans un morceau de confit vaudou. Envoyez-moi un email ou un commentaire et je rectifierai illico.

Retrouvez « La folie des recettes inavouables » sur Marmiton.

***

Par ordre alphabétique :

* 100% gourmande : Le croissant hot-dog. « Recyclage de croissants et spéléo dans le frigo… »

* 2 ou 3 trucs : Tartine Babybel micro-ondée. « Une vraie recette de feignasse avec un Babybel qui n’aurait jamais songé à se faire chauffer au micro-ondes ! »

* À la bonne votre : Tartines à l’huile d’olive et au sucre, « à déguster nue et à quatre pattes ». « Vous imaginez bien que moi-même je n’ai rien à me reprocher, du coup j’ai fait appel à ma femme, en lui demandant de choisir quelle était la pire chose dont elle se délecte quand elle n’est pas au régime. (…) Finalement, elle pense que je devrais présenter ses tartines d’huile d’olive et sucre en poudre, que ça en jette plus. “Figure-toi, mon tendre et bel amour, que cette recette est celle de Victoria Abril, cette actrice espagnole qui est toujours toute nue, ou presque, dans ses films !” »

* Agathe : 2 recettes fastoches pour l’apéro. 1. Rillettes de thon. Ingrédients : 1 boîte de miette de thon, 1 boîte de Saint-Morêt (ou toute autre marque de fromage frais salé), Poivre. Mélanger les miettes de thon avec le fromage, en proportion variable selon les goûts. Poivrer à son goût. On peut y ajouter de la ciboulette, du curry ou même de la moutarde.
2. Champignons farcis. Ingrédients : Champignons de Paris, Boursin ail et fines herbes, ou Fromage frais type Saint-Morêt et poivre, ciboulette, ail… Nettoyer les champignons et enlever les queues en gardant les chapeaux entiers. Prendre une boîte de Boursin ail et fines herbes (ou faire son propre mélange : Saint-Morêt avec le poivre, la ciboulette et l’ail). Remplir le chapeau du champignon de ce mélange fromager. Les aligner à plat dans un plat préalablement huilé. Enfourner dans un four préchauffé à Th6/7 (180°C/200°C) et laisser dorer 15 à 20 minutes selon la taille des champignons. Petit truc : à l’apéro prendre des petits champignons mais pour une entrée choisir plutôt des gros champignons.

* Agnès : La knackiche. Ingrédients : Pâte feuilletée déjà prête (mais pur beurre évidemment), Fromage râpé (en sachet), 3 œufs (au pif), Crème fraîche, Lardons et/ou jambon sous vide (je fais revenir les lardons pour qu’ils soient bien grillés) en fonction de ce qui traîne dans mon frigo, 2 ou 3 saucisses de Strasbourg Knacki Herta en rondelles assez épaisses, Poivre 5 baies. Je mélange le tout et voilà ! Le contraste entre le moelleux de la préparation et les morceaux de saucisses est assez sympa… C’est super rapide à faire et (pour l’instant…) tout le monde adore.

* Anne-Emmanuelle : La fameuse fricassée de pâtes et saumon au camembert de Monsieur M. « Depuis que je suis avec mon homme, je l’ai initié à la cuisine des légumes, au « manger sain, bon et équilibré »… Mais même s’il apprécie mes efforts culinaires, la seule chose qui le rende dingue (et qui est tellement inavouable qu’il ne pourra jamais t’écrire pour la décrire) c’est la « fameuse fricassée de pâtes et saumon au camembert de Monsieur M. » Cette recette se fait les soirs de solitude. C’est un bon plat de réconfort, réservé aux gros mangeurs (plutôt masculins en général), et qui, selon Monsieur M., n’est vraiment bon que lorsqu’ils est mangé à même la casserole ! Il faut : des penne rigate, du saumon fumé, un peu de crème liquide, du poivre, un morceau de camembert. On fait cuire les penne al dente. Après les avoir égouttées, on les remet dans la casserole avec un peu de crème, du poivre et le saumon fumé en tranches. Et là, le meilleur, on répartit des morceaux de camembert sur les pâtes chaudes pour qu’il fonde un peu. Voila pour la recette, ça ne me fera peut-être pas gagner le concours, mais Monsieur M. aura son 1/4h de notoriété ! »

* Annika Panika : Dip thon – Saint-Morêt. « J’ai cru comprendre ne pas être la seule à faire cette recette (remarquez, c’est plutôt une astuce qu’une recette) mais je vous la livre pour vos apéros estivaux en complément du saucisson-olives. »

* Beau à la louche : 1. Coq’ and Laughing Cheese (hommage à Joey Triviani). « C’est une version personnelle du traditionnel “Mac & Cheese” américain (…), avec dans le rôle des macaronis, des coquillettes (car c’est plus régressif mais par forcément plus inavouable !) et dans le rôle du cheese, la célébrissime vache qui rit… »
2. Le poulet au coca et la quadrilogie de frites au four, recette accompagnée d’une excellente critique de « Délices d’initiés » (Frédérick e. Grasser Hermé).

* Beurreousaindoux : 1. Le saucisson chocolat. « C’est comme les oranges confites au chocolat) : tremper la moitié des rondelles dans le chocolat préalablement fondu puis laisser refroidir » [ndlr : oh my God !]
2. Tartine de camembert/café au lait. « Délicieux hummm… »

* Bonbon Rampick : Tunafish casserol, le gratin de pâtes au thon et à la soupe de champignons déshydratée. « Je tiens cette recette de gratin de pâtes d’un grand ami étudiant. Une fois avoir quitté le nid familial, ce plat a fait partie de mes recettes « bouffe entre copains ». Aujourd’hui elle est classée à la rubrique plats familiaux « SOS frigo vide » et j’ai toujours les ingrédients en réserve, au cas où. »

* Bricolage, macarons et Cie : Riz cola. « Il va sans dire que ce n’est pas du Coca light, pour le coté caramélisé. Il s’agit en fait d’une cuisson pilaf de riz basmati, avec moitié eau – moitié coca pour les liquides. Ensuite on peut y mettre ce qu’on veut. Oignons, lardons, jambon, petits pois, morceaux d’omelette… »

* Cacao et chocolat : Le poulet au coca. « C’est une recette enfantine, comme je les aime ! J’ai fait cette recette il y a plus d’un an, bluffant et épatant même mes amis. »

* Cake mousse : La mousse apéro en trois versions. « J’ai dans ma besace une mousse apéro déclinée en trois versions, qui est un peu une de mes spécialités et qui me vaut le surnom amical de « Cake Mousse » (mais je n’envie pas KateMoss qui ne doit pas en manger beaucoup ;-) Au jeu des devinettes, le Saint-Morêt n’est jamais trouvé, mais quand il est dévoilé, je sens pointer une petite déception ! La base, c’est donc le Saint-Morêt. Moi je fais simple : méthode quatre quarts : tout pareil en poids (car le Saint-Morêt existe aussi en version familiale !) et zou ! le tout au mixeur, et au moins une heure au frigo.
1) La version « jambon-olives (vertes et noires) », aussi nommée « ciment » par mes collègues, car les olives noires, mélangées au jambon mixé ne donnent pas une très jolie couleur (un peu rose-gris). Mais les courageux ou les daltoniens qui se lancent ne le regrettent généralement pas et finissent le bol avant les autres !
2) La version « sophistiquée » : avec du saumon frais mais cuit et des brins d’aneth.
3) La version « thon » est déjà décrite, mais pour ma part c’est « thon-anchois-câpres » (la préférée de ma copine C.), évidemment, pas le même poids d’anchois et de capres, juste un demi bocal (mais ça dépend des gouts). »

* Caroline de “Pensées de ronde” : Soupe aux courgettes et au kiri. « Ma soupe de courgette constituée de courgettes et d’une dizaine de kiris, ça peut marcher ? Non, je crois que d’autres auront des idées bien plus élaborées et plus beurk. Parce que le kiri, malgré tout, c’est moyen beurk, je trouve… »

* Casimir et Franklin font la cuisine : Gâteau à la Vache qui rit. « C’est un gâteau que les moines espagnols faisaient il y a … bien longtemps, si longtemps même que la Vache qui rit doit être une adaptation moderne. »

* Cé la fée : Tartines de moutarde au Picon bière. « C’est une recette que nous avons improvisée avec ma tante lors de soirées “pas le moral” et “placards vides”. On l’a recommencée de nombreuses fois depuis, même si le moral était revenu et les placards pleins… Souvent, les gens nous disent “BEURK” mais nous, on aime quand même ! » Ndlr : Je tenterais bien ces tartines avec une tranche de cheddar posée sur la moutarde et un passage de quelques secondes au micro-ondes.

* Chez Seve : Tarte Nutella-Smarties. « Voici une recette hyper sucrée mais des fois, quand le moral est bof ou que l’on a envie de surprendre pour une soirée entre potes : la tarte Nutella Smarties ! Ingrédients : Un rouleau de pâte feuilletée ou sablée (comme vous préférez ou vous avez) – Du Nutella – Plein de Smarties. Dérouler la pâte et la mettre dans un plat à tarte. Piquer la pâte avec une fourchette. Tartiner généreusement le fond de la tarte avec du Nutella. Recouvrir de Smarties. Mettre au four chaud mais pas trop et attendre que la pâte cuise et les Smarties commencent à fondre. »

* Christine du Jardin de Bacchus – Tavel : Capuccino de moutarde à l’ancienne. « C’est beau, simple, et fait en un tour de main sans ruiner votre portefeuille avec un tas de produits de marque ! » Pour 4 verres de capuccino : 1/2 l d’eau, 1 bouillon cube Maggi, 1 carré frais Gervais grand format, 2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne Amora, 1 cuillère à soupe de maïzena, de la crème fraîche Isigny, des tranches de poitrine salée très fines. Faire bouillir l’eau dans une casserole. Ajouter le bouillon cube. Après dissolution, ajouter le fromage Gervais et la moutarde. Laisser sur le feu et remuer le tout afin d’avoir un bouillon homogène. Mélanger la maïzena avec un peu de ce bouillon dans un bol. Mettre le contenu du bol dans la casserole et tourner jusqu’à ce que cela épaississe. Arrêter le feu et mettre un couvercle pour garder au chaud. Monter la crème fraîche au fouet. Dans une poêle, faire revenir la poitrine fumée jusqu’à ce qu’elle soit « croquante ». Dans des verres verser une louche de la préparation à la moutarde, mettre une cuillerée de crème montée et y poser délicatement une lamelle de poitrine fumée. »

* Chroniques gourmandes : Salade pas trop santé avec nouilles ramen et croquettes de poulet. « Ma recette inavouable, je l’ai « avouée » il y a quelques temps déjà sur mon blog ! C’est une salade que j’ai réalisée un soir avec des nouilles ramen, des croquettes de poulet et de la vinaigrette Wafu… C’était très, très bon ! »

* Claire : le caca de poule. « Voici un truc qui fait dire ‘beurk’ à tous les coups (mais qui ne contient pas vraiment de produits industriels, je suppose que ça me met hors concours). La recette de base a déjà un nom bien sympa : le caca de poule. C’est une tartine de pain de campagne tartinée de fromage blanc et sirop de Liège (sirop de poires et pommes). Mais ma variante préférée vient du pays de Herve : on remplace le fromage blanc par du fromage de Herve piquant, c’est un fromage super fort qui sent à des kilomètres… et, encore mieux, on trempe tout ça dans le café (ça c’est ma variante à moi). Alors, beurk ou pas beurk ? » (à voir :-)

* Claire bis : Les tartines « qu’en Suisse c’est une tradition ». « Ma mère nous faisait cette recette les soirs où elle rentrait tard. Pour mes frères et moi, c’était un repas de fête ! » 1- Préparer un chocolat chaud classique. 2- Beurrer des tartines de pain et y ajouter des tranches de gruyère. 3- Tremper le tout dans le chocolat chaud et….se régaler (si, si, je vous assure) ! »

* Clea, qui s’est vendue sans le faire exprès dans un commentaire : la Wrap express. « Tu as déjà essayé la wrap remplie de fromage râpé et coincée dans le grille-pain ? Oups, je crois que je viens d’avouer ma recette inavouable ! »

* Cuisine campagne : Milk-shake au Nutella et à la banane. « 95 % de mon alimentation est saine et je m’autorise quelques dérives parce qu’à mes yeux, être une intégriste de la nourriture, c’est un peu faire preuve d’intolérance et se renfermer dans une utopie. »

* Cuisinez en WG : Cake à l’oasis. « Je ne m’arrange pas avec le temps et je suis vraiment de pire en pire avec mes gâteaux complètement abracadabrantesques. Je dirais même que j’ai atteint un point de non-retour. Toujours est-il qu’après une fête, il me restait pas mal de boissons dont de l’oasis. »

* Dans l’assiette de Mademoiselle Charlotte : Samossas au Nutella et muffins aux Mars. « C’est à tomber par terre… Et en plus c’est d’une facilité et d’une rapidité incroyables. »

* Dans ma cuisine : Les pâtes à l’oignon, à la tomate et au steak haché. « Je m’y colle aussi, sachant que je n’ai que l’embarras du choix (surtout si je fais appel à mes souvenirs étudiants), et sachant que je m’incline devant la reine de la recette inavouable, j’ai nommé Caroline… Avec, entre autres, ça ! »

* Débo (Les Agapes) : les recettes Maggi. « J’ai animé avant-hier soir aux côtés de Réquia, Anne et Adèle un Atelier de cuisine à base de produits Maggi, à l’occasion du lancement de leur site web. » 1. Les samoussas à la purée mousseline. 2. Les soufflés à la béchamel toute prête et à la purée mousseline. 3. Les nuggets de poulet à la soupe à l’oignon déshydratée.

* Delicious : Glace kinderisée enfermée dans un Kinder surprise. « Pour faire ma recette inavouable, j’ai décidé d’utiliser les Kinder ! Je voulais faire une glace aux Kinder “riegel” (les petits bâtonnets avec du lait dedans), mais impossible d’en trouver : rupture de stock. J’ai donc acheté des Kinder Country. » Résultat : époustouflant !

* Dolopez : un repas tout inavouable.
« 1. Dip aux oignons pour tremper des bâtons de légumes. Ingrédients : 1 soupe gratinée aux oignons. 250 gr de fromage blanc à 0 %. Mettre dans un bol de service le fromage blanc, y verser la moitié de la soupe, mélanger, mettre au réfrigérateur. Avant de servir, goûter, assaisonner (sel, poivre), mélanger. C’est prêt.
2. Petits palmier ail et fines herbes. Ingrédients : une abaisse de pâte feuilletée. Du fromage style Boursin. Etaler la pâte, la badigeonner du fromage. Rouler la pâte à la moitié, faire de même avec l’autre coté de telle sorte que les deux rouleaux se rejoignent. L’enrouler dans du papier film mettre au congélo 20 à 30 mn. Y découper des tranches d’environ ½ centimètre, les poser sur du papier sulfurisé et mettre au four à 180 degrés jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Variantes : – Battre un oeuf, des lardons fumés, de la crème fraîche, du fromage râpé, étaler sur la pâte, rouler. – Sauce tomate, thon, fromage râpé. – Pour les repas chic chic, une boîte de foie gras 30 % de morceaux, fines tranches de pommes vertes, sel, poivre.
3. Pommes au four aux carambars. Ingrédients : Pommes. Carambars. Beurre. Pain d’épices ou brioche tranchée. On lave les pommes, on ne les épluche pas, on entaille juste la peau de façon “équatoriale”, on retire le coeur avec un vide pomme. Mettre une tranche de pain d’épices ou une tranche de brioche sous chaque pomme dans le plat à four. Ajouter un peu de beurre et 2 carambars démaillotés dans le trou, laisser au four pendant 30 à 40 mn à 180 degrés. Laisser tiédir et déguster. »

* Dominique : Ailerons à l’aigre-douce. « Pour 12 pièces : 6 ailerons de poulet, 1 petit oignon finement haché, 5 c. à soupe de ketchup (ou davantage), 30 g de beurre ou de margarine, 2 c. à spe de sauce brune (j’utilise du bouillon de légumes Knorr, Grand arôme), 2 c. à spe de jus d’orange : j’en mets beaucoup plus, ¼ à ½ c. à café de Tabasco : j’en mets beaucoup plus.
1. Couper les extrémités des ailerons si nécessaire. Les fendre en deux.
2. Dans un plat à four, mélanger l’oignon, le ketchup, le beurre, la sauce brune, le sucre roux, le jus d’orange et le Tabasco. Faire cuire au four à 210 ou 220 °C env. pendant 10 à 15 mn. Mélanger le tout.
3. Dans ce plat déposer les ailerons sur une seule couche en les enrobant de sauce.
4. Je fais cuire env. une heure en retournant de temps en temps jusqu’à ce que cela soit pratiquement caramélisé et confit. L’été, pour un plat, avec des frites, je compte 6 morceaux par personne. Il n’y a rien de trop. Pour un apéritif, trois ou quatre minimum par personne. Ça a toujours beaucoup de succès. Et comme les ailerons, ce n’est pas ce qui coûte le plus cher… Chez nous, cette recette est baptisée « ailerons de requin ». On s’amuse comme on peut et on peut peu…
Recette d’origine : « La cuisine au micro ondes », de chez Sélection du Reader’s Digest. »

* Estèbe : Crumble de sardines au Tuc émietté. « Slurpiquement incorrect, va sans dire. Mais top rigolo quand même. »

* Ester : la purée rose cauchemardesque. « La purée rose, succès des années 70 et de ma mère, c’est vraiment un de mes pires souvenirs culinaires. J’ai maudit l’inventeur de cette fiche-recette de Modes et Travaux ou la copine qui avait osé la lui donner ! C’était une purée (Mousline of course), additionnée de purée de betteraves, relevée d’une vinaigrette très moutardée et vinaigrée, et bien poivrée. Et… le tout servi froid, car c’était une entrée. »

* Font Fouèlo : Bolo inavouable au pâté. « A la demande d’Anaik, je vous livre ma recette inavouable mais surtout, ne la révélez pas à mes enfants qui seraient très déçus. »

* Gato azul / Chat bleu : Pain sandwich, fromage à la crème. « Retour en enfance ? Besoin de comfort food ? Révolte gastronomique ? (…) Zizanie alimentaire totale. »

* Ginger, pepper… : Gâteau au chocolat et à la mayonnaise. « Oui, oui, de la vraie mayo, faite maison avec de l’huile, du jaune d’oeuf, de la moutarde, du vinaigre… ou bien qui sort d’un tube ! Cette recette, je l’ai trouvée en cherchant un truc qui sorte de l’ordinaire sur le site Recettes du Québec. Et je n’ai pas dû chercher longtemps puisque la recette du Gâteau au chocolat à la mayonnaise fait partie du palmarès des recettes préférées des internautes ! »

* Instant gourmand : Sandwichs de crackers au tarama. « Je suis partie de l’idée de verrines de Tamara aux crackers et je les ai transformé en sandwichs. »

* Isa : Poulet à l’abricot. « Préparation 5 minutes, cuisson 1h00 minimum voire plus si besoin.
Ingrédients : 1 blanc de poulet par personne, un petit pot de confiture à l’abricot, de la crème fraîche (2/3 de 50 cl) et un sachet de soupe à l’oignon lyophilisée.
1/ Mettre les blancs dans un plat à four. 2/ Mélanger à part dans un saladier la confiture, la crème fraîche et le contenu du sachet de soupe à l’oignon : sbeurrrrrrrrk ! 3/ Verser sur le poulet, couvrir avec un papier d’alu et faire cuire au four sur 200° pendant au moins une heure. Servir avec du riz nature et ne SURTOUT pas dévoiler les ingrédients de la recette à vos invités AVANT de les avoir fait goûter au plat ! »

* Jane (La cuisine de famille) : Rice Krispie Squares aux chamallows. « Simple, bon marché et tout à fait industriel ! »

* Je suis comme je suis, par Vanessa, « apprentie découvreuse, en quête de tout ce qui peut donner une touche de fantaisie à l’ordinaire et plus particulièrement les bizarreries culinaires » : 1. Tarte à la ratatouille en boîte. 2. Galette petits pois – viande hachée.

* Juliette : « Le corned-beef c’est pas gras » : « La recette dont je me suis souvenue, c’est celle de mon ex-mari albanais du Kosovo, ça se fait avec une boîte de Corned-beef (et je n’oserais pas clamer à ton image « le corned-beef n’est pas gras… » C’est d’ailleurs pourquoi cette recette n’a plus croisé mon palais depuis mon divorce), donc : – Faites revenir une boîte de corned-beef dans une poêle. – Rajoutez des pâtes cuites, style tortellinis. C’est tout, c’est prêt ! (je suppose qu’on peut agrémenter avec des champignons émincés et des trucs de ce genre) C’est bon, même si ça exige un mois de régime par la suite ! »

* Karin : Chili-Natchos pour l’apéro. « Pour l’apéro, le chili qui déchire tellement il est bon. Il faut : une barquette de fromage blanc surtout pas light (genre Philadelphia, mais je ne sais pas si vous avez ça en France), du chili en conserve de chez Delhaize (ah ben ça non plus, ça n’existe pas en France, mais bon n’importe quel chili de supermarché, tant qu’il est en conserve !), un peu de poudre de piment, du cheddar râpé. On tapisse un plat allant au four d’une grosse couche de fromage blanc, puis on ajoute le chili dans lequel on aura mis un peu de piment, puis une bonne couche de cheddar râpé, et hop, au four à 200°C jusqu’à ce que ce soit bien chaud et doré. On sert ça à l’apéro avec des nachos qu’on trempe dedans et c’est délicieux ! »

* Knakicook : Mini-hamburgers apéritifs. « Simple, mais un peu long à la confection pour un apéro.. Mais ca fait un de ces effets ! « Wwwhhaaouuuuuu.. c’est toi qui à fait ca ?  » »

* La Cipolla Mascherata : Le risotto à la tomate “partisan du moindre effort”. « Une recette que nous avions inventée avec une amie lors d’un séjour en Italie. Il faut préciser qu’à l’époque nous étions encore étudiantes, nous n’avions donc pas des habitudes alimentaires des plus saines et surtout pas envie de trop investir de temps dans la cuisine, alors qu’il faisait beau dehors et que les ruelles de notre ville d’accueil nous attendaient… »

* La cuisine de Matylda : Le risotto aux knackis et à la sauce tomate de mon papa. « Histoire de participer à ce concours, je vous livre cette fameuse recette qui m’a réconfortée pendant mon enfance et qui me plaît toujours autant… sauf que bah, forcément c’est meilleur quand c’est Papounet qui cuisine ! »

* La table de Mina : La soupe au sang. « C’est une soupe d’origine polonaise, que mes parents faisaient quand ils tuaient une oie, et que j’ai mangée étant petite, beurk ! On était obligé de finir son assiette. »

* Lalette : Bouillon aux pâtes alphabet. « Préparation : 5 minutes. Mettez deux cubes de bouillon de ce que vous voulez dans de l’eau. Amenez à ébullition. Versez dans le bouillon autant de pâtes alphabets que vous avez envie d’en manger. Mangez quand c’est un peu refroidi. Certes pas tout à fait aussi bon que le bouillon préparé avec amour par ma maman en même temps que le pot-au-feu, mais miam quand même :-) »

* Le carrefour : Grilled Cheese. « Ma recette inavouable ne se plie peut-être pas à une règle : “ferait dire “beurk” à n’importe qui”, puisque c’est un classique américain bien connu. Mais puisque j’y vais d’une préparation facile à réaliser, d’un produit industriel très bon marché et peu gastronomique et que oui, il y a de ces périodes ou je trouve cet ‘inavouable’ irrésistible, je me suis tout de même lancée ! »

* Le chaudron d’une fée : Les tartines de Mamie Huguette. « 1. La rapide : Ingrédients : Une baguette de bon pain frais et croustillant, Une petite boîte de concentré de tomates, Une gousse d’ail, De la bonne huile d’olive, Quelques filets d’anchois, Sel, poivre Et voilà c’est tout, on frotte le pain avec l’ail dessus-dessous… Ensuite on tartine de concentré de tomates, un filet d’huile d’olives, un filet d’anchois, quelques petits morceaux d’olives noires et c est prêt !!! Inutile à mon goût de saler car avec les anchois ça le fait, par contre poivrez généreusement…
2. La moins rapide : Ingrédients : Une boîte de tomates pelées et concassées, Un ou deux oignons, Herbes de Pce, Olives Noires, Gruyère rapé, Filets d’anchois, Un paquet de biscottes. Faire une bonne sauce tomates avec les oignons, les tomates, les herbes et du laurier… En tartinez généreusement chaque biscotte, puis découpez les olives et les anchois en petits bouts et parsemez en chaque biscotte. Inutile à mon goût de saler car avec les anchois ça le fait, par contre poivrez généreusement… Mettre sur une partie du gruyère pour ceux qui préférent. Passez au four 15 mns environ, et ça c’est pour moi les meilleures pizza du monde… »

* Le chaudron de Marion : La sauce verte à la crème d’asperges déshydratée. « J’adore essayer des choses, dans le principe de la mixtouille (mettre des trucs dans une casserole, goûter, rajouter un truc pour le goût, goûter, etc.) Mais parfois, j’ai vraiment honte : pas du résultat, mais bien de la recette ! »

* Le miam de Nath : Glace aux marrons au lait concentré. « Anaïk a lancé il y a quelques jours un concours de recettes inavouables. Celles pour lesquelles on aimerait mieux aller se faire pendre lorsque vos invités vous disent « hummmm, c’est trop bon, je ne repars pas sans la recette ». En un quart de seconde vous avez déjà ouvert le canapé convertible, sorti drap et housse de couette, offert savon d’invité, pyjama, brosse à dents et bordé la vicieuse soupçonneuse l’adorable amie qui veut vous faire cracher le morceau. Reste donc le temps qu’il faudra, moi vivante, tu n’auras jamais ma recette (sauf contre un jambon pata negra). »

* Leonine : Les croissants à la mortadelle. « Pour tout vous avouez, je n’ai pas vraiment honte car cette recette inavouable est vraiment délicieuse. Elle dépanne bien quand on est pressé et en plus ça “gave” bien ! » Ndlr : Une mention spéciale pour ce mot merveilleux, « mortadelle ».

* Le placard d’elle : La boîte de raviolis améliorée. « J’ai une vraie recette et elle est franchement « craignos ». Et pour tout vous dire juste après avoir présenté la pâte de pistaches, ça m’a fait très drôle de présenter un truc comme ça mais je suis joueuse et j’assume. »

* Le plat du jour : Calmars surgelés à la tomate. Des calmars surgelés + des tomates en boîte : rapide et sain.

* Les cuisines de Garance : Les chips de peaux de pommes de terre. « Une petite pierre à l’édifice du bonheur que je bâtis envers et contre tous ! »

* Les recettes favorites de Basilic : 1. Rouelle de porc au coca. « Comment surprendre ses amis ? Leur faire déguster cette recette, puis leur demander les ingrédients. La cuisson du Cola et du porc change le goût de ce dernier, la surprise est donc totale. »
2. Gratin de pâtes au thon et à la soupe Knorr. Ingrédients : 600 ml / 400 g de pâtes sèches pennes ou coquillettes, 250 ml / 150 g de petits pois surgelés, 1 sachet de soupe Knorr déshydraté douceur d’asperges, 225 ml d’eau, 225 ml de lait, 2 boîtes (150 / 200 g) de thon au naturel, 125 ml de fromage râpé (cheddar, gruyère, parmesan), 1 cuil. à soupe de paprika, sel, poivre. // Beurrer un grand plat à gratin. Préparer la soupe avec le sac déshydraté, le lait et l’eau. Cuire les pâtes selon les instructions, ne pas saler. Ajouter les petits pois pour les 5 dernières minutes. Une fois, l’ensemble cuit, égoutter. Émietter le thon, le mélanger avec la moitié du fromage, les petits pois et les pates, la soupe. Ajouter un peu d’eau, si nécessaire. Disposer de l’appareil dans le plat à gratin. Saupoudrer de paprika, puis le reste fromage. Rectifier l’assaisonnement, si besoin. Cuire au four a 200°C jusqu’a ébullition (30 min environ).

* Lippo : 1. Maquereau au vin blanc en boîte avec purée Mousline.
2. Bagel au beurre de cacahuètes et au cream-cheese. « Je me rappelle de mon Brad qui, il y a quelques temps, petit déjeunait ainsi (je me tenais à distance) : chocolat au lait chaud bien velouté accompagné de sa baguette. Jusque là, tout va bien. Ca se corse ici : sur la dite baguette et sur quasi toute sa longueur trônait du pâté, en général de campagne. Et que faisait-il avec sa baguette au pâté, eh bien, il la plongeait dans le chocolat chaud. UNE HORREUR ! Ce n’est pas une recette, certes, mais ça vaut son pesant, non ? »

* Luna Pat : Les spaghetti aux filets de maquereaux à la moutarde. « Cette recette pourrait disparaître dans les limbes de ma mémoire défaillante de mère de famille désormais nombreuse et être perdue pour la postérité. Quel dommage. »

* Madame Mouche, sur le blog « Fidji passion boulange » : Nutella dog. « Attention c’est du lourd ! Voici pour vous, le compagnon indispensable vos soirées entre filles / gros coup de blues / flemme / jeux de rôles (rayez la mention inutile). »

* Mamina : Fromage blanc au miel et aux noix. « Je trouve le fromage blanc à 0% particulièrement plâtreux et immangeable, mais ça fait partie des trucs que j’achète quand je fais mes courses, histoire de me donner bonne conscience les lendemains de repas un peu riches ! Je ruse pour en masquer le goût et arrive même à en faire avaler à des convives peu avertis. »

* Manou dans sa cuisine : Mousse de thon au Boursin. « Cette recette est vraiment complètement inavouable parce que non seulement j’utile des ingrédients super bateau, mais en plus, c’est vraiment trop facile. »

* Menguy (À table) : Noix de Saint-Jacques au Gini à la sauce Tagada, asperges. « Cela fait une semaine que je suis dessus et je n’arrivais pas à trouver ! » Franchement, ça valait le coup d’attendre !

* Millie aux fourneaux : Pâtes aux « toastinettes ». « Vous connaissez les pâtes au cheddar de Kraft ? Eh bien moi j’adore ça ! Le truc c’est qu’on en trouve pas en France. Un jour où je n’avais rien dans mes placards et où j’avais envie de pâtes, j’ouvre mon frigo et que vois-je ? Des « toastinettes » de fromage pour hamburgers. Et là le petit vélo dans ma tête se met à tourner très vite… »

* Miss Bazar : boeuf à la Guiness. « Voici une recette parfaitement inavouable… mais tellement savoureuse ! Ames sensibles s’abstenir. » * Mitsu : Riz « e-plat » (attention : recette très compliquée) « 1- Faire cuire du riz. 2- Ajouter une petite boite de sauce bolo Buitoni. 3- Casser un oeuf. 4- Passer au four. »

* Mitsuko : 1. Mini-cassolettes de pâtes déhydratées au gratin. 2. « Je mets mes Petits Gervais au congélo, j’attends une nuit, je les sors, j’attends 1/4h puis je déguste à la cuiller… Mioum ! »

* Monique : Souple de pamplemousses aux fraises Tagada. « Si un paquet de fraises Tagada me « tombe » sous main, je le termine… c’est presque une drogue ! Tout naturellement, quand j’ai découvert cette recette de soupe de pamplemousses aux fraises Tagada, j’en suis devenue accro. Peler 2 ou 3 pamplemousses à vif. Mettre les quartiers dans un bol. Dans une casserole, faire fondre 20 fraises Tagada dans 200 a 300 ml d’eau, remuer jusqu’a dissolution totale et verser sur les quartiers de pamplemousses. Laisser refroidir avant de mettre au réfrigérateur au moins 30 mn avant de servir.
Une autre « recette » qui fait « hurler » mon mari : les tartines « beurre camembert » trempées dans le café au lait, le matin au petit déjeuner, il faut au moins goûter une fois ! »

* Mylène : Les « toasts beurre, cretons, mayo avec un peu de poivre ». « Voici la recette inavouable qui rebute réellement tous ceux qui m’ont vue faire : des toasts beurre, cretons, mayo avec un peu de poivre. Il faut bien sûr utiliser de la mayo Hellman’s et des cretons d’épicerie. Je sais je sais, ça fait beaucoup de couches de gras superposées mais je n’en démords pas, les matins où on se sent l’estomac en forme, y’a rien de meilleur… »

* Nathalie : Soupe de poireaux au boursin. « Faire cuire 5 gros poireaux dans 1,5 litre de bouillon de légumes et, quand ils sont cuits, ajouter un boursin entier et mixer. C’est prêt ! »

* Nathalie bis : Velouté de courgettes au kiri. « Éplucher une quinzaine de belles courgettes, enlever les graines, les couper en gros morceaux. Les faire revenir quelques minutes dans de l’huile d’olive. Mettre une pincée de sel de Guérande, puis rajouter de l’eau. Quand les courgettes sont presque cuites, ajouter 3 kiris, sortir du feu le tout et écraser à la fourchette. Rajouter une pincée de poivre, servir tel quel. Un vrai régal pour tout ceux qui y ont goûté. Après seulement, on révèle que le bon goût vient du mélange kiri-courgettes :) »

* Noémie : Pizza choco-fruits. « 1 pâte à pizza, du Nutella, de la compote. Déroulez la pâte à pizza, faites-la cuire à blanc puis tartinez copieusement de Nutella et de compote. Saupoudrez éventuellement de noix de coco ou amandes. »

* Non Mé Troppa ! : Oeufs de fourmis (en vidéo !). « Une z’olie recette qui croustille. »

* Not’chez nous : les Miamburgers. « Je suis obligée de vous dévoiler une pratique de Not’chez Nous histoire d’éloigner le risque de devoir aller dans l’enseigne jaune avec un grand M… Quand Tinouche devient trop pressant, hop ! je sors les Miamburgers maison avec les frites au four ! Inavouable certes, décadent certes mais on assume. »

* Nuage de lait : Carottes à l’orange et au pavot. « Des recettes inavouables, j’en ai des tonnes dans mes tiroirs. Celle-ci est inspirée d’une recette Picard. »

* Patatafrita : Pâté de foie et ses frites-dipping. « C’est une recette simple de ma grand-mère, qu’elle a faite pendant des années et que j’adorais quand j’étais petite (ces jours-là, c’était la fête !). Il s’agissait de faire des frites et de les mettre sur une assiette avec un bon morceau de pâté de foie ; chaque convive (ma grand-mère et moi, donc) s’emparait de quelques frites (à la main, of course) et déposait un morceau dodu de pâté dessus, histoire de bien profiter du mélange crousti-fondant… Le repas était généreusement arrosé de limonade ou de grenadine. »

* Patrick (Cuisine de la mer) : Écrasé de sardines à l’oeuf. « Je vous préviens tout de suite que cette recette ne vaut pas un pet de cormoran (on ne parle jamais de lapin sur un bateau), mais c’est juste une petite madeleine inavouée pour le concours lancé par Anaïk. »

* Quoique : Le poulet indonésien. « Boîtes de tomates pelées, boîtes d’ananas (ou de pêches), bref beaucoup de boîtes de conserve pour une recette qui n’a jamais pris une boîte. Mais je fais encore mieux : un poulet entier dans un plat entouré de pêches en boîte avec leur sirop (il faut une grosse boîte). Sel et poivre. Hop au four. Pendant la cuisson, arroser régulièrement la bête avec le sirop. »

* Renard gourmand : Macaroni from’thon. « Rien ne vaut la tête de mon Ramou et de Vinie quand je leur ai parlé de mon macaroni. En plus, c’est délicieux ! »

* Sahten : Filet de sole à la soupe de potiron. « Lorsque j’ai une faim à assouvir, pressante et insoutenable, il me faut une recette rapide. J’utilise ma soupe de potiron achetée en grande surface et je sauce mes filets de soles avec ! »

* Sans beurre, sans reproches : 1. Risotto inavouable à arme secrète, avec soupe déshydratée aux champignons, « un produit complètement industriel, bourré de conservateurs, sel, exhausteurs de goûts, liants, gélifiant, et même, même, presque des vrais morceaux de choses qui, il y a bien longtemps, ont ressemblés de loin à des champignons. Mais rassurez-vous, cette arme est bien dissimulée dans un placard à code secret, que seuls les membres habilités sont autorisés à ouvrir : c’est à dire MOI. Je m’auto-autorise, c’est comme ça. » Recette d’autant plus intéressante qu’ « on peut varier les armes secrètes suivant les goûts de chacun. Les supermarchés regorgent de missiles en poudre : aux asperges, à la tomate, au potiron, aux joues de porc séchées, au tong déshydraté ou encore au calendrier en carton râpé. Bref, pour tous les goûts. »
2. Mousse aux fraises Tagada. Pour 4 personnes : 15 fraises Tagada, 20 cl de crème épaisse. Faire fondre les fraises dans la crème, mettre au frais. Une fois sortie du frigo, fouetter au batteur ou à la main, mettre en ramequins et décorer de fraises Tagada… enfantin.

* Saprot110 : Le gâteau aux 2 noms (Gâteau à la Danette pour les uns, Gâteau aux p’tits beurre pour les autres). Ingrédients : 4 pots de Danette (vanille, c’est mieux mais chocolat ou caramel c’est aussi très bien), 1 paquet de Petit beurre, du café OU du jus d’orange OU du rhum (pour la version adulte), …et c’est tout. Tremper un à un les biscuits dans le café ou le jus d’orange. Les disposer en un couche sur le plat de service. Faire une couche de biscuits, une couche de crème dessert. Terminer par une couche de biscuits. Mettre au frais 2 à 3 heures. Tout le monde adore ! »

* Set de table : Carott-O-coca. « Bien sûr, il ne faut pas rechercher le goût de son soda favori dans son assiette. Par contre, une chose est sûre, les carottes, bien fondantes, seront sucrées et caramélisées juste ce qu’il faut. »

* Si j’étais moi : 1. Gaspacho asperges surimi. Pour 4 personnes, mixer 500 g d’asperges vertes surgelées cuites, 20 cl d’eau, 1 petite échalote émincée et 150 g de surimi. Ajouter 20 cl de crème liquide et mélanger ; saler et poivrer. Présenter en entrée dans de jolis verres avec un glaçon de tomate et de fines herbes.
2. Crème à la guimauve. Battre 4 oeufs + 1 blanc dans un saladier. Ajouter 50 g de sucre en poudre et remuer au fouet pendant 3 minutes. Chauffer 50 cl de lait et l’ajouter aux oeufs battus. Mélanger et ajouter 1 c à s de sirop de grenadine. Remplir de ce mélange 6 ramequins et cuire au four, au bain marie, 30 min à th 5. 3 min avant la fin de la cuisson ajouter sur chaque ramequin 3 marshmallows. Laisser refroidir 1 heure au réfrigérateur avant de déguster quelques sensations d’enfance.

* Station gourmande : Purée de potimarron et de patate douce sweet sweet sweet. « Calories garanties. De la Comfort Food comme nous aimons même si elle ne peut être sur notre table tous les jours. Régressive à souhait, elle étonnera vos enfants et ravira les plus grands. » (Une idée également reprise par Jane avec sa Purée de patates douces gratinée aux chamallows).

* Suiksuik cuisine : Glace « n’importe quoi » (sucrée ou salée). « Pourquoi avoir choisi ce nom, me direz-vous ? Et bien parce que l’on peut la garnir à n’importe quoi ! »

* Tara Biscotta : Confiture de billes de melon à la gelée de banga. « Une recette que je n’aurais jamais osé proposer en d’autres circonstances… »

* Time 4 tea : La purée déshydratée aux baked beans et à la vache qui rit. No comment :-o

* Torchons et serviettes : Camembert-pommes au micro-ondes. « Pas mal d’inconvénients : – 1/2 camembert ça plombe et c’est environ 45% de matières grasses (le top !) – ça colle aux dents, aux lèvres, à la fourchette, au plat, bref, à part un repas sur le thème « on mange entre crado », mieux vaut se faire la dégust’ sans témoin ! – ça pue la chaussette. »

* Vanessa : Glace crème fraîche / confiture. « Je t’envoie in extremis cette recette de glace. Tu la trouveras chez Marie-Laure car je l’ai faite lors d’une rencontre. L’idée est de mélanger un pot de crème fraîche (50 cl) avec n’importe quel pot de confiture (380 g). Le résultat est digne d’un parfait très long et compliqué à faire ! » Le blog de Vanessa : http://vanessacuisine.canalblog.com

* Vermicel : Le casse-dalle de Rufin. « Non, non ! N’insistez pas ! Je ne dirai rien ! Même sous la torture je ne parlerai pas ! Plutôt m’étrangler avec un bretzel industriel ! Plutôt périr engloutie sous les calories et le gras d’un hamburger de chez Ronald ! Plutôt me noyer dans une canette de coca-cola ! Plutôt me faire écraser par un pot de Nutella ! Plutôt me faire enfermer dans un Kinder surprise ! N’insistez pas je vous dis ! »

* Voro : la tartine qui brûle à l’échalote, à l’ail, au vinaigre, au poivre… « Je précise que chez moi, c’est une recette interdite. » Ndlr : recette à compléter par « L’haleine qui tue » des Culino-tests.

* What’s for lunch ?! : Tarte fondante poires amandine pour gourmande pressée. Chut ! Inutile de crier sur tous les toits qu’il ne faut qu’un tout petit quart d’heure pour préparer cette tarte fondante ! Passez plutôt une main enfarinée dans vos cheveux, prenez un air de femme au foyer soumise et fière de l’être et récoltez sans gêne les « hmmm » et « mouahhh » de vos convives conquis ! »

* Xihongshi : Petits coeurs de flans au Benco. « Un dessert industriel bien sympa avec des ingrédients cheap. » (« Avec Benco démarrez plein pot ! », rappelle Anne en très grande forme).

* Xuân : Spaghetti bolognaise de thon au curry. Je ne résiste pas à copier l’intégralité de son email :
« Je saute sur l’occasion pour dévoiler à la face du monde ma recette fétiche, car la seule que j’aie jamais entièrement inventée (avec celle du flan au Sprite quand j’avais 7 ans, mais ça ne compte pas vraiment).
L’idée fabuleuse me vint il y a quelques années, lorsque, étudiante affamée mais pressée, je rentrais chaque midi au domicile familial me concocter, à l’abri des regards, un repas équilibré (des nouilles Leader Price à la crème fraîche et aux lamelles de jambon cru, par exemple). C’était un jeudi midi, et le jeudi, il y avait option philosophie jusqu’à 18 heures : croyez-le ou non, mais tenir toute une après-midi en compagnie de Kant sans s’évanouir, pleurer ou manger son classeur était une prouesse [ndlr : je n'ai aucun mal à le croire].
Aussi fallait-il un plat rapide à faire, énergétique aussi bien qu’énergisant, réconfortant pour les sens qui allaient être privés de tout plaisir empirique durant de longues heures, mais aussi convivial car il arrivait qu’un ou deux amis s’invitent aussi.
Bref, tout ceci pour justifier cette recette totalement inavouable bio-gastronomico-diétético-terroiriquement parlant, festival de marques industrielles, mais que j’avoue volontiers.

Spaghetti bolognaise de thon au curry
Pour environ 2 étudiantes pressées et 1 grand frère qui finira la casserole en douce après avoir ricané devant.
Ingrédients : spaghetti Panzani (d’1/2 à 1 paquet, selon appétit), thon en boîte Albacore (1 à 2 grosses boîtes de 200g, en miettes de préférence, mais convient aussi en « tranche », du moment qu’il est « au naturel »), 1 boîte de coulis de tomates fraîches nature Buitoni (très important nature, la saveur légèrement sucrée d’une sauce toute prête gâcherait la finesse et le raffinement extrêmes de ce plat), poudre de curry brun (celui qui pique bien, dans le grand bocal en verre au fond du congélateur, qu’on racle à la baguette : quelques cuillères à soupe, de 2 à 6, il faut que ce soit épicé et piquant, mais pas trop écoeurant), cornichons (à volonté), oignons et/ou ail lyophilisé (facultatif), sel, poivre ou « moulin 5 baies » de Ducros.
1. Faire cuire les pâtes comme indiqué, al dente.
2. Une fois qu’elles sont cuites, les mettre à égoutter.
3. Pendant ce temps, récupérer la casserole où ont cuit les pâtes et y faire chauffer à feu doux/moyen quelques giclées de sauce tomate.
4. Au bout de quelques instants, ajouter le thon, s’il n’est pas bien égoutté tant mieux, le « jus » participe à la sauce. Bien mélanger, ajouter le reste de sauce tomate en dosant les proportions au jugé, mélanger à nouveau (touiller, en fait).
5. Ajouter éventuellement quelques paillettes lyophilisées (puisqu’on vous dit qu’on a pas le temps !) d’oignon et/ou d’ail.
6. Attendre quelques instants et ajouter le curry. A ce stade, la mixture doit avoir pris une consistance bien « bolognaiseuse » et se teinter désormais d’un joli brun-ocre.
7. Ajouter des cornichons préalablement découpés en petits tronçons à volonté, mélanger et sortir du feu (les cornichons doivent être chauds mais pas cuits, enfin c’est vous qui voyez). La cuisson en tout ne prend normalement pas plus d’une dizaine de minutes, voir 5 si vous êtes vraiment pressés et que vous mettez à feu vif.
8. Remettre les spaghetti égouttés dans la casserole et touiller le tout. Saler et poivrer. C’est prêt ! Servir chaud.
Tous les ingrédients peuvent évidemment être remplacés par leurs équivalents Leader Price ou autre, le seul impératif est la bonne qualité du curry (ça se trouve très facilement chez moi, mais si ça se trouve c’est bon aussi avec une poudre lambda).
Pour une version plus sophistiquée, on peut commencer par faire fondre 1 oignon blanc émincé dans de l’huile d’olive ou du ghee, ou encore rajouter quelques gros grains de poivre noir, mais ce n’est vraiment pas le but. »

* Zazie Mute : Le plat de biscottes (un gratin très… original). « Plat nourrissant s’il en est, économique et que je qualifierez de gustativement “rassurant”… Un bon basique, quoi ! De plus, on peut créer des variantes : le rêve de toute bonne mère de famille. »

Hors-concours :

* Elvira : Tacos au poulet (hors concours car déjà dans les petits papiers de Wanchai Ferry).
« Personnellement, je n’ai pas honte des mes tacos au poulet réalisés avec l’aide précieuse de quelques produits alimentaires tout prêts vendus en grandes surfaces. J’assume complètement ! J’espère seulement que les amateurs de vraie cuisine mexicaine – et Laurange en particulier – me pardonneront… ;-) »

* Marcia : les merdes de chien.
« Dans ma famille d’origine nissarde, il y a un plat que l’on fait mais dont on tait le nom : les ‘merda de can’… le « can » c’est le chien en niçois… Mais cette recette est hors concours car elle n’utilise aucun produit de supermarché, juste des patates et des blettes, de la farine, un oeuf du sel et du poivre. En fait c’est des gnocchi aux blettes de formes suggestives. Au final, le but c’est d’expliquer aux invités mine de rien ce que veut dire le nom de la recette et de les travailler au corps en observant leurs réactions. Et l’apothéose, c’est lorsqu’on leur met le plat sous le nez ! »

* Papilles et pupilles (pareil qu’Elvira) :
1. La sauce Moutch’up. Franchement, heureusement qu’elle est hors concours car elle aurait gagné haut la main.
2. Les spaghetti sauce tomate (attention, recette très difficile à préparer).

* Patrick Chazallet : « Ce que j’ai à te proposer ne peut pas faire l’objet d’un article. D’autant plus qu’il n’y a aucun produit industriel dedans (bientôt 4 ans que nous n’avons pas franchi les portes d’un hyper). Cependant, ce qui fait dire beurk, à Ségolène en premier, c’est que mon accompagnement favori du café au petit déjeuner est de la langue d’agneau froide avec de la mayonnaise (maison, évidemment). Pas de quoi fouetter une Anaik avec des asperges…
Il y a aussi la rate de porc fumée. À ma connaissance, on n’en trouve que chez Hardouin à Vouvray. »
Re-mar-qua-ble.

***

Si vous avez aimé le principe, vous pouvez acheter les livres qui m’ont inspiré ce concours :

  • Recettes inavouables, d’Ilan Waiche et Francesca Mantovani : « 100 recettes simplissimes pour cuisiner des miracles à partir de poissons en conserve, fromages en portion, fruits en bocal, légumes sous vide, soupes en sachet et autres produits « inavouables ». Des inventions inédites aux plus grands classiques de la gastronomie « inavouable » française et anglo-saxonne. Cachez ce livre et ignorez l’avoir jamais lu. Ne l’offrez qu’à vos amis… discrètement. »
  • Délices d’initiés, de Frédérick e. Grasser-Hermé : « Cuisiner le sous-vide avec le frais ? Le surgelé avec le bio ? Le déshydraté avec le concentré ? Autour des 32 produits et objets mythiques, Frédérick-E. Grasser-Hermé nous le prouve avec brio. Délices d’initiés révolutionne nos habitudes culinaires et, sans renoncer à la qualité et au bon goût, transcende le facile à manger. »
  • Ma p’tite cuisine de Julie Andrieu : « A vous qui, comme moi, ne pouvez vous adonner au plaisir quotidien du marché , je refile ici mes combines de fond de caddie, mes idées à peine décongelées et les étincelles de micro-onde, je livre mes « fétiches » (parmesan, mozzarella, saumon, asperges en bocal, tomates séchées, pâte feuilletée, figues surgelées, aubergines grillées, bœuf bourguignon en boîte et autres petits légumes surgelés…), inamovibles basiques qui confèrent à ce livre sa subjectivité toute assumée. Bref, de quoi élaborer votre p’tite cuisine ! Julie. »

Commentaire(s) pour “100 recettes inavouables pour cuisiniers effrontés”

  1. Ca en fait des inavouables! Bon courage au jury…

  2. Wahou, quel succès! Et quelle imagination des participantes!!!

  3. Quel boulot! et bon courage pour départager tout ce petit monde….et à les lires toutes, ces recettes, j’en ai plein d’autres qui me viennent!!!!

  4. Je n’en reviens pas du succès :-) on a bien rigolé en tout cas, curieuse de voir le verdict!

  5. C’est assez énorme ! Tu as dû y passer un temps fou… Et dis-moi, c’est qui le jury ?
    lol… En tout cas je jure, j’ai pas fait exprès de figurer dans la liste !

  6. quel succès !!! comme quoi on est toute capable du pire :-)

  7. impressionnant !
    j’imagine le boulot que cela a dû représenter… alors je ne peux pas t’en vouloir d’avoir squizzé ma contribution. Je la remets :
    spaghettis au maquereau à la moutarde, ici
    http://lunapat.hautetfort.com/archive/2007/02/15/faute-avouee.html

  8. J’ai bien rigolé moi aussi.. et certaines recettes me font bien envi… les tartines au babybel et la glace au kinder hihihi

  9. Bonjour anaick,
    je suis l’heureuse concubine de Monsieur M. le détenteur officiel de la recettes des pâtes au saumon et camembert!
    la lecture de tous ces blogs culinaires m’a donné envie, alors voila, j’ai crée le mien!
    m’autorises tu à mettre un lien vers toi?

  10. superbe retrospective ;) certaines recettes sont à tomber de goinfrerie… bon malgré mon côté terroir, je n’avais pas d’idées, à croire que ma cuisine est assez complexée… euh un claquos avec un peu de calva dans de l’alu et mis dans les braises de la cheminée ça marche ? allez je dis que je vais faire cela aujourd’hui et que je mets le lien vers ta rétrospective ;)

  11. superbe retrospective ;) certaines recettes sont à tomber de goinfrerie… bon malgré mon côté terroir, je n’avais pas d’idées, à croire que ma cuisine est assez complexée… euh un claquos avec un peu de calva dans de l’alu et mis dans les braises de la cheminée ça marche ? allez je dis que je vais faire cela aujourd’hui et que je mets le lien vers ta rétrospective ;)

  12. Alala genial ce concours, on y trouve tout un tas d’idee ;) (meme si a dire vrai au Japon le Nutella, Kiri, St Moret et compagnie ya pas -__-) Jdois dire que celle qui m’a le plus fait envie c’est la recette de samoussa au Nutella et Muffin au Mars!! miam miam
    Quant a la plus « Beuuurk » le Gateau au chocolat / mayo ah et puis le saucisson au chocolat fondu… beurk

  13. Tu as fait un boulot remarquable et de titan!
    L’inavouable est souvent aussi très drôle. J’ai apssé un bon moment
    Merci!

  14. Bravo pour ce superbe concours ou les blogueurs ont osé mette une facette moins reluisante de leur cuisine que d’habitude. Il y a la dedans des choses qui me paraissent pas mauvaise du tout, du tout ! Des idées à piocher pour quand on a pas le temps….

  15. Comme tu dis, on aura bien rigolé ! Le poulet au coca a l’air de devenir un classique, comme quoi ! ! Merci Anaïk pour ce jeu sympa et pour l’organisation impeccable !

  16. Je viens de passer un délicieux moment à découvrir toutes ces inavouables préparations … Je me sens tout à coup très décomplexée !! Merci, merci !

  17. Trop trop difficile de départager des recettes comme celles-ci! Tout est génial! Grâce à ce « concours », il m’est venu tout plein d’idées! C’était vraiment génial! J’aurais aimé y participer, mais n’étant pas chez moi, je n’ai pas pu mettre mes photos dans l’ordi!

  18. Quel boulot ! Mais quelle rigolade !
    j’ai hate de connaitre les resultats …

  19. Alors là je ne sais pas si je dois avoir honte de moi ou pas mais je fais souvent certaines de ces recettes dites « inavouables ». Non finalement je n’ai même pas honte !!!

  20. Waouh, quelle belle collec !! Et c’est vraiment trop drôle, merci ;-)

    En tout cas, LE produit star de ce concours, je crois bien que c’est le sachet de soupe déshydratée. Alors là, je ne soupçonnais pas qu’on puisse en faire tant de choses !! Miam, je file en mettre dans mes placards ;-)

  21. Ben tout ca, quel succès !!! Et quel travail de maitre tu as fait pour gérer tout ca. Bravo à tout le monde et à toi

    Amitiés
    Claude

  22. Je ne serais pas la première et certainement pas la dernière mais quel boulot, quel succés et quelle rigolade. Certains se sont bien lachés. Merci Anaïk

  23. J’ai bien salivé devant certaines recettes, d’autres un peu moins … bon, forcément, j’aime pas le fromage sauf le quiri ! Mais je constate qu’aucun ne considère  » la timbale de mamie » comme sa recette inavouable …
    Peut-être qu’un jour, sous la menace, je vous la livrerai …
    Bonne chance, cher jury ! et merci pour tout ce boulot.

  24. Dans les bouquins, rajoute donc « Ma p’tite cuisine » de Julie Andrieu. Ses recyclages de boeuf bourguinon en boîte, de Babybel en gratin ou de surgelés Picard valent un détour, dans le genre « beurk »…

  25. C’est génial !! Quel succès !! J’adore.

  26. Bon courage pour départager tous ces « délices » et merci d’avoir organisé ce concours qui m’a bien fait rire.

  27. Je regrette de ne pas être de mèche avec vous… le temps m’a manqué… mais Anaik, je tenais à te dire combien j’ai apprécié ton idée et combien je me suis vraiment amusée à lire toutes ces recettes!

  28. je suis hors concours car je viens de découvrir « ton concours  » ce matin mais j’ai mis ma recette et ton lien sur mon Blog juste pour l’idée amusante …
    Garance

  29. Non Basilic, tout ceci est pour le fun ! Cette liste restera sur cette page tant que durera mon blog, et d’ailleurs j’y ajoute des recettes au fur et à mesure :-)

  30. anaîk merci d’avoir ajouté la recette la plus simple , cheap , et inavouable qu’il soit : je mange des pelure de légumes frites à l’apéro et c’est super bon….
    je t’ai mis en lien …Garance qui partage ton goût pour les « Demoiselles » de canard …

  31. C’est une anthologie ! Bravo

  32. L’idée des champignons farcis au boursin va faire un heureux, ma moitié adorant ces deux ingrédients. Il n’y a plus qu’à les arroser de Guinness pour faire une recette parfaite (euh pour lui, car pour moi la bière brune …).

    Anaik: Brad est en effet l’homme idéal, comme le mien d’ailleurs qui « pense à aller courir » mais reste au lit :-D

  33. Non mais y’a de quoi en faire un livre, là, non ? C’est du délire ! Je me sens toute cruche avec mes kiris en attendant. ;-)

  34. J adore !!! Que d imigination de la part de tout le monde et que de recettes a tester !!!

    Merci Anaïk d’avoir publié mes « inavouabilités » même en retard !!!

    Bisous

  35. C’est tout un exploit, ces 100 recettes. Je voterais pour le hors-concours de Patrick. Franchement…

    Bonne chance à toutes!

  36. Beau travail, merci d’avoir pris le temps de cette compil à la Lagaffe. Rassurante au demeurant, elle prouve qu’on est surtout entourés de gens normaux, blogs ou pas…

  37. Oh – My – God ! ;-))
    J’aurais fait pâle figure avec mes tartines au gras de lard (càd la graisse un peu caramélisée qui s’écoule quand on cuit du lard et qu’on verse ensuite dans un verre à moutarde) et à la confiture de fraises.

  38. quel succès, et quel travail, encore une fois, anaik, tu m’impressionnes ;-)
    j’ai raté le coche pour participer à ce super jeu, dommage!
    bises

  39. Quel succès! je regrette de n’avoir pas pris le temps de porter ma petite pierre à cet édifice culinaire, mais je me réjouis de toutes les découvertes hautement inavouables que tu as permis de mettre en lumière !

  40. quel succès ce concours complètement décalé, tellement à ton image! pas eu le temps de participer mais merci pour cette super idée!

  41. Quel succés

  42. Les Aiki Noodles Mozzarella-bifi

    Prenez un paquet d’aiki noodles au poulet (en sachet, pas en bol) et faites les cuire comme indiqué.
    Découpez une boule de mozzarella en morceaux et une saucisse bi-fi.
    Mélangez les nouilles au mélange mozzarella + bi-fi. Pour faire fondre au max, on peut les mettre au micro-ondes.
    Les fins gastronomes rajouteront du fromage rappé ou les morceaux d’un fromage à pâte jaune et molle.

    Mmmh! Délicieux!

  43. Oh, bah dis donc! Y a d’ces recettes dans cette rubrique! Wouahou! J’adore!!!

  44. [...] de faire autre chose. Je me suis alors souvenue d’une recette inavouable lue sur le blog Le confit c’est pas gras, qui en rescence un grand nombre de recettes inavouables (aller voir, ça vaut le détour !). [...]

  45. Et l’omelette aux chips alors? On bat les oeufs en omelette, on ajoute une bonne poignée de chips et hop! Au final : une omelette aux pommes de terre!

  46. moi aussi j’arrive toujours très après la bataille, mais je me dois de vous communiquer la recette de mon mari :la sauce aux chips, créée avec enthousiasme dans un camping aux environs de minuit vingt au nord de l’Afrique, un jour (une nuit) de disette.
    Sur un butagaz (c’est important sisi!)tu mets une poêle pas (très bien)lavée (y a pas beaucoup d’eau en Afrique)et dedans tu cuis dans de l’huile d’olive un tas d’ail et d’oignons, un bout de carotte hâchée comme t’as pu, un centimètre et demi de courgette qui traînait par là et le reste du paquet de chips que t’as baffré dans la voiture (ben quoi ? c’est des patates ! qu’il m’a dit mon mari, devant mes yeux de dorade au four).
    Tu laisses mijoter tout « ça » le temps de boire l’apéro (n.b. : le reste de coca chaud qui a accompagné avec bonheur la moitié du paquet de chips dans la bagnole tout à l’heure).
    Et ce qui est fou, c’est que les chips lient la sauce qui devient onctueuse à merveille et digne de figurer sur un flyer (enfin…sur le paquet de chips disons) à côté de la tombe de Lucullus.
    Tu manges ça avec des spaghettis que tu as dû couper paske ta casserole est pas assez grande en méditant sur ton hérésie et en pensant que ça se marie très bien avec la salade de fraises trop mures aux petits pois en boîte (création de mon mari ce même soir, où il était indiscutablement très en forme).

    PS : si les dieux te sont favorables et que tu as du fromage râpé, c’est encore mieux.

  47. [...] c’est un peu notre recette inavouable à [...]

  48. [...] D’autres recettes inavouables chez Anaïk (clic) [...]

  49. [...] c’est un peu notre recette inavouable à [...]

  50. [...] Le concours de recettes inavouables du blog Le confit c’est pas gras, avec 100 recettes originales à la définition suivante : « une recette très (très) [...]

Laisser un commentaire Web 2.0 ("c'est une tuerie !" ; "j'adore !" ; "wouaaaouuuh !" ; "miam !") (votre commentaire sera publié après validation) :





© 2005-2014 Le confit c’est pas gras | Réalisé avec WordPress |  Syndication (flux RSS) | Design et trucs techniques by Brad