24 novembre 2006

Tajine d’agneau aux haricots tarbais et aux citrons confits

Il y a quelques années, je gagnais ma vie d’étudiante dans un job d’été pour une grosse entreprise marseillaise. J’étais dans un bureau collectif et la chef de service avait l’habitude de ponctuer toutes les conversations par une chanson. Elle ne fredonnait pas discrètement, non, elle chantait comme pour un casting de la Nouvelle Star.

- Anaik, t’en es où avec cette remise de chèques ? J’appelle les pompiers ?
- Mais non.
- « Mais-non-mais-non, ta taaa la la la… »

- Anaik, tu pars à quelle heure aujourd’hui ?
- Ben je sais pas… Comme d’habitude je pense.
- « Je me lèèève, et je te bouscule, tu n’te réveilles pas, comme d’habituuuuude… »

- Anaik, tu as le nez rouge, t’as picolé ou quoi ?
- Non, j’ai chopé un coup de soleil à la plage ce week-end.
- « J’ai attrapé un coup d’soleil, un coup d’amour, un coup d’je t’aime… »

- Anaik, qu’est-ce que t’as fait du dossier de prêt ?
- Je l’ai donné à Nathalie.
- « Elle avait un joli nom, mon guideuuhhh, Nathalie-euuuuh… »

Bref : c’était insupportable et réjouissant à la fois.

Au contraire, certaines voix résonnent, vous caressent et vous transportent, parfois même après qu’elles se soient éteintes. Moi, j’aurais aimé que Philippe Noiret ne meure jamais.

***

Tajine d’agneau aux haricots tarbais et aux citrons confits

Pour terminer ma semaine pétogène, une recette qui n’aurait pas détonné dans « La grande bouffe » mais qui, je vous rassure, est inoffensive.

  • 2 kg d’agneau coupé en morceaux
  • 300 g de haricots tarbais secs
  • 2 ou 3 carottes
  • 3 oignons
  • 3 gousses d’ail
  • 4 petits citrons confits
  • 10 cl de vin blanc
  • 75 cl de bouillon de volaille
  • 1 cuillère à café de cumin
  • 1 cuillère à café de gingembre moulu
  • 1/2 cuillère à café de cannelle
  • 1 cuillère à café de coriande moulue
  • 1 cuillère à café de piment doux
  • 2 cuillères à soupe de persil ciselé
  • Huile d’olive
  • 3 cuillères à soupe de coriandre fraîche
  • Sel, poivre

Faire tremper les tarbais dans de l’eau froide pendant 12 h. Les égoutter et les faire blanchir dans de l’eau bouillante pendant 2 minutes.

Dans une cocotte, faire revenir l’agneau à feu vif dans de l’huile d’olive. Quant il est bien doré, déglacer au vin blanc, saler et poivrer. Ajouter les oignons émincés, les carottes coupées en bâtonnets et l’ail haché, puis laisser fondre quelques minutes.

Ajouter les haricots tarbais, les épices, le persil, les citrons confilts coupés en petits morceaux et couvrir de bouillon de volaille.

Laisser mijoter à feu doux, couvert, pendant au moins 1h30. Les Tarbais doivent être bien fondants.

Au moment de servir, parsemer de coriandre ciselée.

À lire : Les haricots tarbais : toz, antitoz, syntoz.

Commentaire(s) pour “Tajine d’agneau aux haricots tarbais et aux citrons confits”

  1. Noiret aurait adoré votre tajine. Sûr de sûr.

  2. C’est un bel hommage…

  3. Aujourd’hui, on a effectivement un peu mal au ventre à cause de la mort de Philippe Noiret.Sa voix rester gravée dans nos mémoires.
    Mais toi, après tous ces haricots, pas de problèmes?

  4. Mamina, je peux dire sans vantardise que je concurrence Philippe Noiret niveau décibels :-)) le siffleur en prend pour son grade.

  5. il n’est pas mort, il est immortel comme tous ces gens que l’on voit dans la télé ou dans l’écran noir de mes nuits blancheeeuuuss, où je me fais mon cinémaaaaaaaaaa

  6. J’aime ta recette aux parfums d’orient , je vais la garder .
    Je vais me souvenir de Philippe Noiret : Sa belle voix grave , cette diction parfaite vont nous manquer .

  7. Trop drôle cette chef et à la fois insupportable …
    Ah, les fayots, c’est un terme que je n’avais pas entendu depuis longtemps, même trop longtemps !
    Très bel hommage !

  8. Sont bizarres les collègues à Marseille, non?

  9. et oui Adieu mon Philippe , le vieux fusil je n’ai que 32 ans mais ce film m’a marqué à tout jamais bouleversant.
    Heureusement qu’on peut lui rendre hommage sur ton blog avec tes delicieuses recettes paix à son ame

  10. Pet à son âme plutôt.. :)
    C’est vrai que Philippe mort, c’est un peu de Jean Rochefort qui s’en va..

  11. Philippe Noiret, c’est comme Jean Rochefort. La classe. Moi aussi j’aurais voulu qu’il ne meure jamais.

  12. Une belle assiette je le prendrai volontier, et après pèt…..tant pis!

  13. Si tu n’existais pas, il faudrait t’inventer!!! D’accord avec toi pour les voix, sauf celle de Gilbert B. désolée, mais quand on s’appelle Nathalie, autant dire que le coup de la chanson, on me l’a fait plusieurs fois!!

Laisser un commentaire Web 2.0 ("c'est une tuerie !" ; "j'adore !" ; "wouaaaouuuh !" ; "miam !") (votre commentaire sera publié après validation) :





© 2005-2014 Le confit c’est pas gras | Réalisé avec WordPress |  Syndication (flux RSS) | Design et trucs techniques by Brad